Anatole France

LE PÊCHEUR
(Leseprobe aus: Noces corinthiennes, Szene I, Theaterstück, 1902)

La roule est lente, hélas ! de la ville à la mer
Et la fatigue est prompte et le pain est amer
A qui le va gagner dans les cités avares.
Les poissons à présent, plus maigres et plus rares,

N'appesantissent plus ma nasse et mon filet

D'où jadis une proie abondante roulait,'

Espoir d'un riche gain, dans ma barque joyeuse.

Les Dieux n'assistent plus ma vie industrieuse.

Et voici que, ce-jour, en vidant mes paniers,

Les femmes de Corinthe avec leurs cuisiniers

N'ont sur mon étal nu laissé que treize oboles,

Car la femme est avide et fertile en paroles.

Les hommes sont mauvais, cet âge est dur ; les Dieux

Ont quitté sans retour un peuple injurieux.

Rezension I Buchbestellung I home II08 © LYRIKwelt